Image/sculpture

« Image/sculpture. Comment la sculpture fait image, ce que l’image fait à la sculpture », invitation éditoriale du réseau Documents d’artistes, 2014. [Lire]





Lorsque l’on parle d’image(s), parmi les diverses possibilités qui viennent à l’esprit — photographies, films, dessins, peintures, radiographies, images de synthèse, etc. —, la sculpture n’occupe pas la place principale, voire n’occupe aucune place. On conçoit volontiers qu’une sculpture puisse être la représentation d’une chose, mais il sera rare de l’appeler « image » pour autant. C’est que dans une logique de médium hérité du modernisme, la sculpture aurait davantage à voir avec les notions de volume et d’espace. Les arts de l’image et les arts de l’espace ou du volume semblent ainsi correspondre à deux pôles bien dissociés de la création artistique. Pourtant, l’art de ces dernières décennies a largement déconstruit ces catégories — ou du moins rendu poreuses leurs frontières —, catégories qui au demeurant ne sont pas antinomiques. C’est donc en relation à la notion d’image que l’on voudrait ici parler de sculpture, et c’est en deux sens qu’il est possible de le faire : dès lors, tout d’abord, qu’une sculpture « fait image », mais aussi lorsqu’une sculpture est traversée par des procédés ou des conceptions trouvant leur origine dans les médiums de l’image (autre que la sculpture elle-même).