« De l’amour des livres de l’amour »

« De l’amour des livres de l’amour, une discussion entre Thierry Chancogne et Jérôme Dupeyrat », in La fille, le fruit, le perroquet et la piqûre à cheval, , Tombolo presses, 2013, n.p. [+]



Jérôme Dupeyrat : Je noterai plusieurs choses en écho à ce que tu exposes là. Tout d’abord que l’histoire du livre — ou peut-être plutôt l’histoire de la réception et de la perception du livre — oscille entre deux conceptions. D’une part le livre peut être perçu comme un objet matériel, conception qui trouverait son aboutissement dans la bibliophilie, entendue non pas simplement comme un « amour du livre », mais comme une catégorie esthétique et économique : livres rares, précieux, ouvragés artisanalement, etc. D’autre part nous pouvons penser le livre comme un espace de savoir, de connaissance, d’information, selon une conception qui tend à nous faire appréhender le livre comme support et comme média, plutôt que comme forme ou objet, en le définissant du point de vue de ses contenus plutôt qu’en fonction de la manière dont lesdits contenus sont rendus accessibles par leur matérialisation. Ce tiraillement ne fait finalement que s’inscrire dans une série de vieilles distinctions entre pratique et théorie, forme et contenu, etc. Or ces catégories sont perméables les unes aux autres…