Crystal Maze XII – On a télévisualisé un rêve

« Crystal Maze XII — On a télévisualisé un rêve », une proposition de l’agence du doute (Brice Domingues, Jérôme Dupeyrat et Catherine Guiral) avec Camille Platevoet et Maxime Delavet, pour l’exposition « France Électronique » (commissariat : Jill Gasparina), Le Printemps de Septembre (Palais des arts, isdat), Toulouse, septembre-octobre 2018. [+]



« Envoyez-nous vos rêves, nous les filmerons », tel était à l’origine le principe de l’émission « La Clé des songes », imaginée au début des années 1950, par Chris Marker, Charles Serpinet et Jean Kerchbrion, avec à son montage Alain Resnais. C’est cette même invitation que reprend à son compte l’agence du doute pour son Crystal Maze XII.
Le rêve du jour, c’est celui de Suzy, ou peut-être celui de Suzanne. Les personnages sont Denise Glaser et Jacques Antoine, Gérard Marinelli et le professeur Tournesol. C’est le rêve d’une speakerine ou d’un festaiolo des temps récents, à la mémoire riche d’une vaste culture technique des images et d’un tout aussi vaste imaginaire audiovisuel. Par collage et par condensation — comme souvent dans les rêves — s’y mêlent des génériques, des habillages graphiques et des documents témoins du patrimoine télévisuel. Ils composent un mystère d’images, d’objets et d’imprimés produits non plus à l’heure de l’O.R.T.F., mais à l’ère de la « France Électronique » : des images et des documents rêvés, puis rematérialisés dans une installation qui est aussi l’environnement d’une exposition conçue par Jill Gasparina.

Bibliologie (radio edit)

« Bibliologie (radio edit) », interviews sur *DUUU radio, 2015-2018. [+]



En son sens le plus ouvert, la bibliologie est la science des livres et de l’écrit. « Bibliologie (radio edit) » est une série de conversations au sujet des pratiques éditoriales actuelles dans le champ élargi de l’art :

  • Le 21/12/2015 avec Camila-Oliveira Fairclough [+]
  • Le 20/06/2016 avec Jean-François Caro et Marie Lécrivain, éditions La Houle [+]
  • Le 09/10/16 avec Quentin Jouret, éditions Autrechose [+]
  • Le 03/09/2018 avec Maya Rochat [+]

Livres/expositions

« Livres/expositions : Vol.19 de Klaus Scherübel, Title of the Show de Julia Born, et THEREHERETHENTHERE de Simon Starling », FAIRE, N°11, 2018, 20 p. [+]



Ce texte a pour enjeu d’observer et d’analyser comment le travail de certains artistes et designers graphiques se construit dans une relation de réciprocité entre la pratique de l’édition et celle de l’exposition, spécifiquement selon deux modalités : l’exposition conçue comme un processus éditorial, selon un déplacement vers l’espace d’exposition de logiques d’écritures et de mise en forme ayant leur origine dans l’espace du livre ; le catalogue d’exposition considéré comme espace et comme mode d’amplification du travail artistique et curatorial, au-delà des stricts enjeux documentaires et critiques habituellement dévolus à ce type de publications.

Batia Suter, Parallel Encyclopedia

« Parallel Encyclopedia, Batia Suter », FAIRE, N°7, janvier 2018, 20 p. [+]



Depuis la fin des années 1990, Batia Suter collectionne des livres — de seconde main pour la plupart — qu’elle acquière en raison de leur iconographie, de sorte à constituer une banque d’images qui est localisée dans les rayons de sa bibliothèque. L’ensemble est devenu le matériau de base d’une œuvre qui consiste à présenter ces images selon une logique de montage visuel, en leur attribuant de nouvelles modalités d’apparition et donc de nouvelles possibilités d’interprétation. Parallel Encyclopedia est à ce jour le travail le plus conséquent de l’artiste. Mené depuis 2004, il a pris la forme de plusieurs installations et de deux ouvrages imposants édités par Roma publications en 2007 et en 2016. Chaque version du projet se caractérise par l’association de centaines d’images hétéroclites (historiques, artistiques, scientifiques, techniques) regroupées en fonction de liens typologiques et formels. D’un dispositif à l’autre, les modalités de présentation de ces images extraites de livres se renouvèlent : séquençage et sérialité des pages reliées ; constellations ou, au contraire, séquences linéaires d’images reproduites et exposées aux cimaises ; constellations ou séquences linéaires de pages de livres ouverts et déposés sur des supports plans. Bien que les images exposées soient les mêmes, ces diverses possibilités d’exposition en déterminent des lectures différentielles. Au-delà de la fascination qu’un tel projet peut engendrer, ce texte tente d’en saisir toute la complexité. Pour ce faire, le travail de Batia Suter est resitué au sein d’une histoire des pratiques iconographiques qui traverse différents champs d’activités et de connaissance. On s’attache par ailleurs à la trajectoire des images réunies dans Parallel Encyclopedia et aux effets des processus de remédiation auxquels elles sont livrées. Enfin, il s’agit de dessiner une figure de l’artiste en « éditrice » et d’étudier à la fois la fonction du design graphique dans son travail et la place que l’on peut attribuer à ce dernier dans le champ du design graphique, auquel Batia Suter n’appartient pas directement, mais qui traverse ses productions et auquel elle s’est confrontée concrètement dans le cadre de sa collaboration avec le graphiste Roger Willems pour la conception des deux volumes de l’encyclopédie qui, de fait, est aujourd’hui une référence tant pour de nombreux artistes que pour de tout aussi nombreux designers graphiques.

Entretiens : Perspectives contemporaines sur les publications d’artistes

Entretiens : Perspectives contemporaines sur les publications d’artistes, Rennes, éditions Incertain Sens, 2017, 312 p. Entretiens avec Laurence Aëgerter, antoine lefebvre editions, Pierre-Olivier Arnaud, Ludovic Burel, Claude Closky, Daniel Gustav Cramer, documentation céline duval, Ben Kinmont, Sharon Kivland, Stéphane Le Mercier, Sara MacKillop, Mazaccio & Drowilal, Jonathan Monk, Julien Nédélec & Éric Watier, Camila Oliveira Fairclough, Michalis Pichler, Hubert Renard, Joachim Schmid, Yann Sérandour, David Shrigley, Derek Sullivan, Batia Suter et Nick Thurston. [+]



Ce livre réunit vingt-trois entretiens avec vingt-cinq artistes qui font de l’édition une pratique artistique. Dans un contexte où les publications d’artistes suscitent l’intérêt de nombreux acteurs du champ de l’art, il s’agit d’offrir des perspectives contemporaines sur ce phénomène, marqué par une tension entre des positionnements alternatifs et la recherche d’une reconnaissance institutionnelle. Les propos des artistes sollicités ont ainsi été collectés afin de dessiner un panorama des publications d’artistes aujourd’hui, et pourront être lus au regard d’un double questionnement : quels sont, parmi les outils qui ont permis de penser la pratique du livre d’artiste ces dernières décennies, ceux qui restent opérants pour en comprendre les manifestations actuelles ? Quels sont les enjeux qui semblent spécifiques à ces manifestations récentes et quelle est la nature des évolutions dont ils témoignent, en lien avec un contexte élargi de l’art et de l’édition ? Bien que les pratiques actuelles n’induisent pas une remise en cause radicale des hypothèses et des arguments proposés jusqu’à ce jour au sujet des publications d’artistes, ces entretiens suggèrent des enjeux formulés différemment, et donnant lieu à de nouvelles attitudes. Ce sont ces dernières dont ce livre rend compte, à travers un matériau de première main.

Ce que l’édition fait à l’art, ce que l’art fait à l’édition

« Livres d’artistes : ce que l’édition fait à l’art, ce que l’art fait à l’édition », in Florence Aknin, Antoine Bertaudière, Angeline Ostinelli (éd.), Ce que l’édition fait à l’art, extraits d’une collection, Tombolo presses, 2017, p. 72-93. [+]



Catalogue d’une exposition autour des livres d’artistes et imprimés issus de la collection de Jean-Paul Guy, cet ouvrage porte son regard sur l’art résultant de pratiques éditoriales, et sur ce que devient le livre lorsque cet objet est investi par les artistes. Présentant 68 ouvrages (Ed Ruscha, Dieter Roth, Michael Snow, Robert Barry…), le catalogue dirigé par Antoine Bertaudière, Angeline Ostinelli, Florence Aknin et les étudiants de première année mention Design Graphique du Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués de Bourgogne, entreprend de réunir dans une « forme de livre » les matières de l’exposition et de l’expérience pédagogique. Tout en conjuguant l’esprit libertaire du livre d’artistes à une référence bibliophile délicieusement en contradiction avec la théorie institutionnelle du genre, il s’ouvre par la séquence des premières de couverture des livres d’artistes travaillés par les étudiants. Il place la série de leurs doubles pages en son centre. Il finit par leurs quatrièmes de couverture. Il intercale les productions spécifiquement créées à l’occasion de l’exposition entre les matières « ressources » des livres d’artistes. Les documentations des propositions de lecture des étudiants se retrouvent, en symétrie, entre les séries de couvertures et de doubles-pages de référence. Le texte théorique de Jérôme Dupeyrat se place au centre des discours de l’exposition et au cœur du catalogue.

L’œuf ou la poule

Texte écrit avec Julie Martin, supplément au livre de Rovo [Sébastien Dégeilh & Gaëlle Sandré], Couleurs véritables, Marseille, édition P ; Négrepelisse, La Cuisine, 2017. [+]



Regarder un objet ou un signe comme s’il relevait du champ de l’art, alors qu’a priori, il ne prétend pas à ce statut, est une expérience fréquente. Nous regardons alors l’objet ou le signe anodin comme s’il était l’œuvre de tel ou tel artiste, comme s’il appartenait à un courant artistique ou à une typologie d’objets d’art dont nous avons mémorisé l’apparence. Nous ne considérons alors cet objet ni pour sa fonction, ni pour ses usages, mais selon des critères sensibles, qui peuvent être formels, matériels, ou encore iconographiques. Ce sont les mécanismes de ce « comme si » et les conditions de cette expérience esthétique qu’il s’agit ici d’analyser, en lien avec l’expérience que Rovo a vécue lors d’une résidence en 2017, dans la communauté de communes des Terrasses et Vallée de l’Aveyron.

Crystal Maze VIII.bis – Confidences pour confidences

« Crystal Maze VIII.bis – Confidences pour confidences », une proposition de l’agence du doute (Brice Domingues, Jérôme Dupeyrat et Catherine Guiral) avec Laurence Cathala, URDLA, Villeurbanne, avril-mai 2017. [+] [+]



Le huitième Crystal Maze, Confidences pour confidences, rejoué à l’URDLA après une première version à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2015, est une conférence-projections déployant des espaces multiples et s’appuyant sur une nouvelle de Stefan Zweig (1881-1942) écrite au début des années 1930. Buchmendel (Le Bouquiniste Mendel) relate à travers les souvenirs de ceux qui l’ont connu, la vie dans la Vienne du début du siècle de Jakob Mendel, bibliophile passionné à la mémoire prodigieuse, capable de citer n’importe quel livre qui lui serait passé entre les mains.
Une performance, le soir du vernissage, ouvre l’exposition. Accompagnée par Laurence Cathala, l’agence du doute propose la construction d’un scénario-dispositif faisant dialoguer inserts, incipits, voix, montage d’une exposition à partir des collections de l’URDLA (quarante et un artistes sélectionnés : Georges Adilon, Xavier Barbey, Frédéric Benrath, Valérie Berge, Dominique Blaise, Nasser Bouzid, Stéphane Braconnier, Laurence Cathala, Alex Chevalier, Martine Clerc, Marina de Caro, Philippe Favier, Pierre Gallais, Jérémie Gindre, Milan Grygar, Jean-Lucien Guillaume, Fabrice Gygi, Marcia Hafif, Yannig Hedel, Max Kaminski, Rémy Jacquier, Christophe Miralles, Patrice Mortier, René Münch, Onuma Nemon, Olivier Nottellet, Jean-Luc Parant, Guillaume Perez, François Perrodin, Andrée Philippot-Mathieu, Rougemont, Jean-Jacques Rullier, Jacqueline Salmon, Karen Serra, Markus Strieder, Sarah Tritz, Jacques Truphémus, Jacques Villeglé, Gudrun Von Maltzan, David Wolle, Bruno Yvonnet) et réalisation de trois séries d’estampes (linogravure, lithographie, typographie).

Livres d’artistes : a multi-person control situation

« Livres d’artistes : a multi-person control situation« , in Océane Delleaux (dir.), Les avancées de l’art multiplié [actes d’une journée d’étude à l’université de Picardie Jules Vernes, Amiens, mai 2013], Friville-Escarbotin, Friville Éditions, 2016, pp. 35-55 ; également publié dans l’ouvrage collectif Edith, Rouen, Esadhar, 2016, p. 186-195. [Lire]



À la suite du critique d’art Lawrence Alloway, la pratique du livre d’artiste a souvent été décrite comme une situation de contrôle par une seule personne : « a one-person control situation », ainsi qu’il l’écrivait en 1974. Bien que de nombreux commentateurs aient validé la pertinence de cette remarque, l’observation de certains livres d’artistes implique pourtant d’en préciser la portée et les implications, en particulier lorsqu’on considère la production des dix ou quinze dernières années, période lors de laquelle la pratique du livre d’artiste a connu un fort regain d’intérêt. Il importe ainsi de considérer le rôle que peuvent avoir d’autres personnes que les artistes eux-mêmes dans la réalisation des livres d’artistes, qui comme toutes autres éditions, sont souvent en réalité les produits d’un processus collectif, faisant intervenir un éditeur, un graphiste, un imprimeur, etc., dont le travail informe celui de l’artiste à des degrés variables.

Fictionnalia / Mathias Schweizer

« Fictionnalia », in Mathias Schweizer, Sébastien Dégeilh, Olivier Huz et l’atelier Genius loci (isdaT), Inventaire général sur la base d’une promesse, restitution d’un workshop conduit par Mathias Schweizer avec les étudiants de l’institut supérieur des arts de Toulouse au musée Calbet, Grisolles, mai 2016. [Lire]



Soit deux collections : d’une part celle du Musée Calbet, un musée d’arts et traditions populaires situé à Grisolles, dans le Tarn-et-Garonne ; d’autre part un ensemble d’artefacts rudimentaires, et néanmoins ingénieusement façonnés, en bois, en argile, en métal, en pâte à sel, avec du tissu, etc. Envisagées comme pendant l’une de l’autre, ces deux collections ont en commun le nombre d’éléments qui les composent — 5322 — ainsi que leur répartition identique en six catégories correspondant à divers champs d’activité et de connaissance. Mais alors que les objets du musée ont été collectés au cours de plusieurs décennies, et qu’ils témoignent de modes de vie appartenant à une temporalité plus longue encore, ceux de la seconde collection ont été façonnés durant une courte période par un groupe d’étudiants en design graphique à l’Institut supérieur des arts de Toulouse, dans le cadre d’un workshop proposé par Mathias Schweizer.

L’Art exposé, l’art édité

« L’Art exposé, l’art édité », The Shelf, n°4, mars 2016, p. 96-111. [+]



Lieux d’exposition et bibliothèques, œuvres exposées et publications, diffèrent le plus souvent du point de vue de leurs espaces, de leurs formes, de leurs statuts et de leurs modes d’existence. Pourtant, la pratique de l’exposition et celle de l’édition entrent souvent en correspondance. Une installation, une série photographique, une inscription murale ou un livre, peuvent être ainsi autant de versions d’un même projet artistique qui ne s’informe ni dans un médium exclusif ni à travers des limites matérielles définitives. Cette non-clôture de l’œuvre, qui favorise la variabilité des propositions artistiques en de multiples formes, formats et supports, est un héritage de l’art conceptuel, dans la mesure où celui-ci produit une différenciation de l’œuvre et de ses matérialisations possibles.

Crystal Maze IX — Quérir Choisir : Pierre Faucheux et l’esprit de collection

« Crystal Maze IX — Quérir Choisir : Pierre Faucheux et l’esprit de collection », commissariat d’exposition avec Brice Domingues et Catherine Guiral (l’agence du doute), Musée Calbet, Grisolles, janvier-avril 2016 (scénographie : Camille Platevoet et Arnaud Daffos). [+]



En 1987, l’exposition « Quérir Choisir » au Musée National des Arts et Traditions Populaires présentait les nouvelles acquisitions versées à la collection du musée. Fondé en 1937 par Georges Henri Rivière, le MNATP célébrait également, avec cette exposition, ses cinquante ans d’existence. Sur le premier plat de couverture du catalogue, en pied de page, on peut reconnaître le logo dessiné par Pierre Faucheux en 1970-71. Graphiste et urbaniste français ayant traversé les Trente Glorieuses, Faucheux (1924-1999) est connu comme l’homme « aux millions de couvertures ». Comme par un heureux hasard, l’énoncé « Quérir Choisir » pourrait être un programme pour aborder sa production foisonnante, et en particulier pour se saisir de « l’esprit de collection » qui la traverse. Observer les collections et les séries que Pierre Faucheux a dessinées pour de nombreux éditeurs entre le début des années 1950 et la fin des années 1980 permet de regarder comment il a créé une grammaire graphique où choix de caractères typographiques, jeux de collages et utilisation de documents iconographiques fabriquent ce que le critique Charles Asselineau avait appelé, en 1866, des Mélanges tirés d’une petite bibliothèque romantique, lorsque lui-même cataloguait les ouvrages de ses auteurs romantiques favoris en essayant d’en dégager les physionomies typiques.
Les « mélanges » organisés par Faucheux sont les indices d’une pratique de la collecte et de la collection que vient éclairer la reprise du titre de l’exposition de 1987, « Quérir Choisir ». Au jeu des étymologies, le quaere latin donne au verbe quérir la dimension de l’enquête à laquelle répond le regard posé sur d’éclectiques ensembles que suppose l’action de choisir. On complétera l’origine de ce dernier verbe avec la figure du choisisseur ou de la choisisseuse qui, au XVIIIe-XIXe siècle, découpait les chiffons ramenés dans les papeteries par le chiffonnier. Celui-ci, dont Walter Benjamin a écrit que ses gestes étaient « la caricature de ceux du collectionneur, son opposé et son double » (Paris, capitale du XIXe siècle), accumulait des rebuts formant, pour les autres, un ensemble réutilisable de fragments, cartons, peaux, os, ferraille, etc. Si le chiffonnier est le parent pauvre du collectionneur, pour lui aussi, « le monde est présent et rangé dans chacun des objets qu’il possède ».
Pareillement, Pierre Faucheux est doublement un chiffonnier-collecteur et un choisisseur. Il bâtit des objets graphiques portant la trace lointaine ou proche des matériaux qu’il accumule pour et au travers des commandes et des collaborations que son atelier et lui-même honorent. Si cette figure se comprend d’abord au regard des nombreuses collections éditoriales dont Faucheux a élaboré le graphisme, celles-ci mettent en forme des principes d’identité et de variation, de distinction et de reprise, de différence et de répétition, qui sont aussi des notions pertinentes pour observer ses autres objets graphiques (maquettes de revues, affiches, collages et écartelages, etc.) ainsi que certaines de ses propositions architecturales.
Ce neuvième Crystal Maze — un dispositif qui convoque, entre autres, les principes du montage et de l’édition — propose ainsi un regard sur ces formes, ces rébus de rebuts, ces mélanges d’un flâneur de bibliothèques et d’un arpenteur d’espaces.

Du livre d’artiste comme bibliothèque de papier

« Du livre d’artiste comme bibliothèque de papier », in Barbara Denis-Morel (dir.),
Les artistes face aux livres, Avranches, Scriptorial d’Avranches ; Nevers, Tombolo presses, 2015, pp. 40-51. [+]



En 1947, André Malraux constatait l’apparition d’un Musée Imaginaire « qui [allait] pousser à l’extrême l’incomplète confrontation imposée par les vrais musées : répondant à l’appel de ceux-ci, écrivait-il, les arts plastiques ont inventé leur imprimerie ». Si les livres peuvent être pour l’art des musées imaginaires, alors ne peuvent-ils pas être pour les autres livres — réels ou fictifs — des bibliothèques elles aussi imaginaires ? Et de même qu’il existe des « musées de papier », ne peut-on pas parcourir certains livres comme des bibliothèques imprimées ? Considéré de la sorte, le livre n’est plus seulement ce qui est censé trouver place dans une bibliothèque, mais également ce dans quoi une bibliothèque peut se constituer. Ces bibliothèques de papier, imaginaires ou virtuelles, peuvent prendre la formes de catalogues, de listes, de bibliographies ou d’anthologies. Il s’agira ici de s’interroger sur les enjeux de ces livres à la puissance livres dans le cas spécifique des publications d’artistes, qui mettent bien souvent en œuvre ce type de modèles.

Graphisme, art, critique. Entretien avec Étienne Bernard

« Graphisme, art, critique. Entretien avec Étienne Bernard », Tombolo, octobre 2014. [Lire]



Jérôme Dupeyrat : « S’intéresser au graphisme — au design graphique —, en étudier l’histoire et l’actualité, tenter de l’appréhender sous l’angle de l’analyse critique, cela implique à un moment ou l’autre de se frotter à la difficulté de définir ce terme, cette pratique, cette discipline. Je ne pense pas au demeurant que cette difficulté définitoire soit spécifique au graphisme, c’est l’exercice même de la définition qui est difficile dès lors qu’il concerne des choses moins consensuelles que les objets les plus ordinaires de la vie courante (et encore, on pourrait sûrement trouver des choses « ordinaires » démentant cette affirmation). Mais puisque nous allons parler ici de graphisme, est-ce qu’il y a selon vous des raisons expliquant cette difficulté ? »

Une Livre

Atelier « Braconnages » (dir. Laurence Cathala, Sébastien Dégeilh, Jérôme Dupeyrat, Olivier Huz), Une Livre, Marseille, Editions P ; Toulouse, isdaT, 2014. [+]



Cette publication restitue les expérimentations et les recherches conduites en 2013-2014 à l’institut supérieur des arts de Toulouse (isdaT beaux-arts) dans le cadre de l’atelier « Braconnages », dédié aux pratiques éditoriales dans le champ artistique. Ce projet a été mené en partenariat avec la médiathèque des Abattoirs, dont l’ampleur de la collection de livres d’art et de livres d’artistes offre un terrain propice à qui veut étendre sa culture éditoriale et produire des livres. Au sein de l’atelier, c’est à ces deux activités que se sont consacrés des étudiants inscrits dans les trois options qui structurent l’enseignement à l’isdaT beaux-arts : art, design et design graphique. Au fil de leurs contributions visuelles à cette publication et de trois entretiens réalisés avec des interlocuteurs rencontrés tout au long de l’année — Marc Camille Chaimowicz, Didier Mathieu, Jérôme Saint-Loubert Bié — il est question du plaisir d’agencer des choses ensemble (une définition possible de l’édition), de ce qu’il faut regarder dans les livres et de la façon de les classer dans les librairies et les bibliothèques, des logiques à l’œuvre dans une collection, de la possibilité pour les maquettistes de journaux de bénéficier d’une carte de presse, de la dimension collective du travail éditorial, des frontières entre les différents types de livres et de leurs déplacements, de bibliophilie parfois cheap, de livres d’artistes, de Flaubert et des disques seven tracks, de papiers peints et de cartes postales, de chasse et de mode, etc. S’il est question de « braconnages » ici, c’est en raison de nombreuses incursions interdisciplinaires et du fait d’une relation à la trouvaille, à la prise, que connait bien l’amateur de livres.

Crystal Maze VI – To Love a Bitch and a Fake (état 1)

Crystal Maze VI — To Love a Bitch and a Fake (état 1), avec Brice Domingues et Catherine Guiral (l’agence du doute), Préface, Paris, 8 mars 2014. [+]



À l’invitation de la galerie Préface, ce Crystal Maze se présente comme une exposition éphémère interrogeant la figure des « faux-livres » au cinéma. Si les réalisateurs de films citent souvent la littérature au travers de romans-clés, ils peuvent parfois jouer de ces citations en fabriquant, littéralement, des livres qui n’existent pas.
Préface a accueilli une première collection de ces faux-livres reconstitués. Chacun d’eux apparaît dans un film particulier à un moment précis. Ce sont ces instants d’apparition, audio-décrits, qui tiennent lieu de cartels à un vide bavard, espace de toutes les projections possibles. À ces faux-livres incarnés par leur maquette en blanc s’est ajoutée une bande sonore et une série d’objets, amorces à la figure spéculaire du faux-livre : le faux-écrivain de cinéma… Le Crystal Maze VI est la combinaison d’un soir de ces deux acteurs.

L’écartelage, ou l’écriture de l’espace d’après Pierre Faucheux

L’écartelage, ou l’écriture de l’espace d’après Pierre Faucheux, ouvrage collectif dirigé avec Catherine Guiral et Brice Domingues, textes de Thierry Chancogne, Jérôme Dupeyrat, Catherine Guiral, Jérôme Faucheux, Laurence Moinereau et Sonia de Puineuf, Paris, B42 ; Toulouse, isdaT, 2013. [+]



Pierre Faucheux (1924-1999) a été l’une des figures majeures de l’édition française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Renouvelant largement ce champ du design graphique, il traversa la seconde moitié du XXe siècle en y laissant des empreintes multiples qui sont autant d’expérimentations revisitant les avant-gardes ou s’inscrivant dans les courants artistiques de son époque. En marge de son atelier, il développa un travail visuel constitué de collages et d’« écartelages » photographiques. Enfin, il consacra également sa carrière à l’architecture, en s’associant aux projets de divers architectes ou en élaborant des aménagements muséaux et des scénographies d’expositions.
Faucheux concevait l’architecture comme une écriture et la mise en livre comme un travail architectural : écrire l’espace et être un architecte du livre, tel fut le grand écart qu’il se proposa de tenir tout au long de sa carrière. À partir de cette notion d’écart, qu’il fit sienne à la suite de Charles Fourier puis des surréalistes, cette publication, qui fait suite à une recherche menée au sein de l’institut supérieur des arts de Toulouse, propose d’approfondir la connaissance critique du travail de Pierre Faucheux.

Graphisme aujourd’hui

Graphisme aujourd’hui : miscellanées, Pau, École supérieure d’art des Pyrénées, 2013. [Coordination éditoriale en collaboration avec Julien Drochon et Perrine Saint-Martin]. [+]



Durant trois années, l’École supérieure d’art des Pyrénées – site de Pau a demandé à Marsha Emmanuel d’organiser une série de journées d’étude qui permettraient de mieux comprendre « de quoi on parle quand on parle du graphisme ». L’intégralité de ce cycle de conférence est à présent restitué sur un site web qui en propose les actes virtuels.
En complément, il a paru intéressant de demander à toutes celles et tous ceux qui avaient contribué aux journées d’étude de suggérer un texte dont la lecture pourrait aider à penser le graphisme aujourd’hui. Sont ainsi réunis, selon un principe de mise en page qui les met directement en parallèle les uns des aurtes, des textes tels que « L’art en ploutocratie » de William Morris, « Intriguer ou le paradoxe du graphiste » de Jean-François Lyotard, « Intégrité et invention » de Paul Rand, « Donner la parole aux gens sans parole » de Pierre Bourdieu ou encore Ways Of Seeing de John Berger.

« De l’amour des livres de l’amour »

« De l’amour des livres de l’amour, une discussion entre Thierry Chancogne et Jérôme Dupeyrat », in La fille, le fruit, le perroquet et la piqûre à cheval, , Tombolo presses, 2013, n.p. [+]



Jérôme Dupeyrat : Je noterai plusieurs choses en écho à ce que tu exposes là. Tout d’abord que l’histoire du livre — ou peut-être plutôt l’histoire de la réception et de la perception du livre — oscille entre deux conceptions. D’une part le livre peut être perçu comme un objet matériel, conception qui trouverait son aboutissement dans la bibliophilie, entendue non pas simplement comme un « amour du livre », mais comme une catégorie esthétique et économique : livres rares, précieux, ouvragés artisanalement, etc. D’autre part nous pouvons penser le livre comme un espace de savoir, de connaissance, d’information, selon une conception qui tend à nous faire appréhender le livre comme support et comme média, plutôt que comme forme ou objet, en le définissant du point de vue de ses contenus plutôt qu’en fonction de la manière dont lesdits contenus sont rendus accessibles par leur matérialisation. Ce tiraillement ne fait finalement que s’inscrire dans une série de vieilles distinctions entre pratique et théorie, forme et contenu, etc. Or ces catégories sont perméables les unes aux autres…

Culture Club

« Culture Club, une discussion autour des clubs du livre entre Alex Balgiu, Thierry Chancogne, Jérôme Dupeyrat, Damien Gauthier et Catherine Guiral », The Shelf Journal, n°2, 2013. [+]


La majorité des personnes participant à cette discussion sont graphistes, tous sont enseignants, tous portent un intérêt au « phénomène » des Clubs qui démarrèrent au sortir de la seconde guerre sur un modèle importé des États-Unis pour finalement péricliter au milieu des années soixante. Vingt années durant lesquelles les Clubs se multiplièrent, proposant sous forme d’abonnement jusqu’à 4 livres par mois. L’objectif était de constituer une bibliothèque pour l’honnête homme alors que beaucoup de foyers avaient perdus leurs ouvrages durant le conflit mondial. Rééditions d’œuvres classiques, de romans appréciés mais aussi l’occasion pour les éditeurs de proposer de nouveaux auteurs, à un rythme soutenu. L’une des spécificités de l’offre de ces Clubs était de proposer des éditions « demi-luxe » conçue par un graphiste (alors appelé maquettiste) dont certains comme Faucheux ou Massin (pour citer deux noms emblématiques du graphisme français d’après-guerre) firent leurs premières armes au sein de ces Clubs avant de poursuivre une brillante carrière au-delà. 45 ans après leur quasi disparition, l’on perçoit un regain d’intérêt pour ces ouvrages que l’on retrouve chez un vieil oncle, dans les bacs de bouquinistes ou sur les étals des vides-greniers. Nombreux sont les graphistes qui aujourd’hui les regardent de près, les considèrent comme des réalisations exemplaires ou parfois même y font référence dans leur propre production. Quel intérêt ont-ils à tel point que des expositions leur sont aujourd’hui consacrées ?

Crystal Maze IV — 1 + 2 + 3 = 3 — Notre distraction favorite

« Crystal Maze IV — 1 + 2 + 3 = 3 — Notre distraction favorite », commissariat avec Brice Domingues et Catherine Guiral (l’agence du doute), Nouveau Festival, Centre Pompidou, février-mars 2013. Avec Åbäke, Davide Balula, Roman Cieslewicz, Andrew Davidhazy, Marcel Duchamp, Libor Fára, Pierre Faucheux, Hans-Peter Feldmann, René Ferracci, Urs Fischer, Martino Gamper, Greenberg Associates, Milan Grygar, Raymond Hains, Hipgnosis, Guy Jouineau et Guy Bourduge, Jiří Kolář, Christian Marclay, Nagi Noda, Man Ray, Zbigniew Rybczynski, Andrew Sharpley, Laurie Simmons, John Stezaker, Peter Tscherkassky, VLF (Thomas Cristiani & Antoine Roux) [+]



Dans le cadre du quatrième Nouveau Festival au Centre Pompidou (à l’invitation de Catherine de Smet et Bernard Blistène) et en écho au travail de Pierre Faucheux (1924-1999), graphiste et directeur artistique dont la production fleuve s’étend des années 1950 aux années 1980, ce Crystal Maze est une exposition construite sur le principe du montage et réunissant des créateurs dont les œuvres sont la trace d’un désir visuel trouvant satisfaction dans l’usage et le dépaysement des images. L’agencement de ces créations et les différents événements qui accompagnent cette proposition mettent en évidence une culture visuelle et des procédés communs à un ensemble de graphistes, d’artistes, de photographes, de cinéastes, dont les travaux s’étendent du tout début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui et peuvent faire l’objet de rapprochements, parfois inattendus, tant sur le plan formel que conceptuel.
Il ne s’agit pas de mettre à jour des emprunts (qui, lorsqu’ils existent, sont souvent réciproques), ni d’établir des généalogies entre les pratiques mais de montrer ce que des travaux dont le rapprochement est parfois évident, parfois forcé, peuvent avoir de références communes ou de procédés partagés et comment ils constituent ensemble un pan de notre culture visuelle contemporaine.
Les contours de cette culture visuelle ont été identifiés à partir du travail du graphiste Pierre Faucheux, en particulier ses « écartelages » et le travail réalisé avec son atelier pour les couvertures du Livre de Poche. Ces travaux sont souvent sous-tendus par des emprunts iconographiques et des procédés tels que la déchirure, le découpage, le collage, le montage, la colorisation : autant d’opérations graphiques et plastiques qui dépaysent les images pour les offrir à d’autres registres et pour lesquelles le travail de Pierre Faucheux constitue une matrice inépuisable.

Les Livres d’artistes entre pratiques alternatives à l’exposition et pratiques d’exposition alternatives

Les Livres d’artistes entre pratiques alternatives à l’exposition et pratiques d’exposition alternatives, thèse de doctorat sous la dir. de Leszek Brogowski, Rennes, Université Rennes 2, 2012. [Lire]



Cette thèse envisage le phénomène du livre d’artiste tel qu’il se développe dans sa relation à la notion et à la pratique d’exposition depuis les années 1960. L’exposition est ici considérée selon un double point de vue : d’une part comme le dispositif institutionnel le plus courant de manifestation de l’art ; d’autre part comme une fonction se rapportant à la visibilité des œuvres. Il apparaît alors que les livres et les éditions d’artistes peuvent s’appréhender entre pratiques alternatives à l’exposition et pratiques d’exposition alternatives. Pratiques d’exposition alternatives dans la mesure où le livre et l’imprimé sont potentiellement des modes de visibilité de l’art ; pratiques alternatives à l’exposition parce que ce moyen de visibilité est très différent de ce que l’on nomme usuellement une exposition. À travers l’étude de cette tension dialectique entre l’édition et l’exposition, il s’agit de préciser quelle est l’économie artistique et quelles sont les conditions de réception esthétique que proposent les livres et les éditions d’artistes, et ainsi de comprendre en quel sens et à l’égard de quelles normes ou de quelles instances ils ont une valeur dite « alternative ». De la sorte, il est également question de la place qu’occupent les livres d’artistes dans le système de l’art contemporain et des effets qu’ils exercent sur celui-ci.

Art & Edition : « Tracts, ephemera, (e)mail art, etc. : dissémination discrète »

Cycle de conférences Art & Edition : « Tracts, ephemera, (e)mail art, etc. : dissémination discrète », École supérieure d’art des Pyrénées – site de Pau, 2 avril 2012.


Des avant-gardes jusqu’à aujourd’hui, certaines formes et certains supports d’édition éphémères et/ou précaires s’affirment entre fonction informative et manifestations artistiques.
Empruntant les modèles de la communication politique et publicitaire tout en en détournant les codes et les objectifs, il s’agit de médias alternatifs – tant par leurs contenus que leurs modes de diffusion – qui opposent à la propagande et à la communication de masse une pratique de l’art discrète, si ce n’est invisible en tant que telle, et pourtant efficiente sur les plans esthétique et politique.

Art & éditions : « All media give shape to experience « 

Cycle de conférences Art & Édition : « All media give shape to experience », École supérieure d’art des Pyrénées – site de Pau, 19 mars 2012.


De la télé au livre imprimé, de l’imprimé à l’exposition et de l’exposition au livre, du livre au web et du numérique au papier : observer quelques objets éditoriaux qui résultent du passage d’un média/médium à un autre, et comprendre les effets de ces processus de remédiation, entre adaptations, traductions, déclinaisons et transpositions.

Tracts : dissémination discrète

« Tracts : dissémination discrète », Pratiques, réflexion sur l’art, n°21, automne 2010, p. 37-48. [+]



Des avant-gardes jusqu’à aujourd’hui, les tracts d’artistes s’affirment entre fonction informative et manifestations artistiques. Empruntant les modèles de la communication politique et publicitaire tout en en détournant les codes et les objectifs, ils sont des médias alternatifs – tant par leurs contenus que leurs modes de diffusion – qui opposent à la propagande et à la communication de masse une pratique de l’art discrète et pourtant efficiente sur les plans esthétique, social ou politique.