Publier et exposer—Exposer et publier

« Publier et exposer—Exposer et publier », in Clémentine Mélois (dir.), Publier ]…[ Exposer : les pratiques éditoriales et la question de l’exposition, Nîmes, École supérieure des beaux-arts, 2012, p. 31-45. [Lire]



Le phénomène du livre et des éditions d’artistes se positionne et se développe constamment entre pratiques d’exposition alternatives et pratiques alternatives à l’exposition. « Pratiques d’exposition alternatives » parce que les livres d’artistes offrent un moyen de monstration et de diffusion de l’art répondant à d’autres modalités que celles de l’exposition dans les formes que désigne habituellement ce terme. De ce point de vue, tout livre d’artiste peut s’appréhender comme mode d’exposition à part entière, tout en offrant pour ainsi dire un moyen d’exposer sans cimaise. Mais aussi « pratiques alternatives à l’exposition » parce que, ce faisant, ils permettent de produire de l’art sans recourir à la pratique de l’exposition telle qu’elle est conventionnellement envisagée dans la sphère artistique, et adressent ainsi souvent une critique en actes à l’égard de cette pratique et surtout à l’égard des attitudes et des valeurs qui la sous-tendent : l’art comme objet, voire comme marchandise ; l’art comme activité spécialisée ne pouvant advenir que dans des lieux institués à cet effet ; la contemplation comme modalité de la réception esthétique ; etc.
Il convient alors de distinguer l’exposition au sens où on l’entend en principe dans le monde de l’art — modalité de l’existence publique de l’art la plus courante, et dont les livres d’artistes diffèrent assez profondément — et ce que l’on pourrait nommer une fonction ou une valeur d’exposition — fonction que les livres d’artistes mettent en œuvre dans la mesure où ils permettent une visibilité et une diffusion de l’art sous une forme spécifique, par les moyens du livre et de la page, ou en tous cas de l’imprimé et de la reproductibilité.