David Coste, Une montagne(s)

Une montagne(s), Livre-disque de David Coste avec la participation de Jérôme Dupeyrat et Pierre Jodlowski, Toulouse, éditions Autrechose, 2019. [+]



Une enquête iconographique sur la « montagne Paramount », sur certains films emblématiques de la firme et sur leurs ramifications dans le réel, entre studio de cinéma, atelier et parc d’attraction ; entre dessin, BD, photographie, collage et cinéma. Le disque qui accompagne le livre est composé par Pierre Jodlowski. Il met les recherches iconographiques et la narration visuelle de David Coste en perspective avec un environnement sonore hybride, mêlant un texte écrit par Jêrome Dupeyrat, des emprunts à diverses sources cinématographiques, ainsi que des matières sonores liées aux paysages et aux reliefs hypothétiques que traverse le lecteur du livre. À la fois objet sonore autonome et sorte de B.O. du livre, le disque introduit une troisième dimension et emprunte tant au réel qu’à la fiction pour définir un nouveau scénario librement associable avec les dessins présentés dans l’édition.

Mathieu Gargam, Stones & Roses

Texte pour le livre d’artiste de Mathieu Gargam, Stones & Roses, Actes Nord éditions & Tanuki Records, 2019. [+]



Des édifices de pierre — monuments ou constructions à l’état de vestiges, parmi lesquels s’immiscent quelques « édifices » naturels, façonnés par l’érosion — et des fleurs photographiées en gros plan : cette double typologie caractérise le contenu du livre Stones & Roses. Elle se constitue au fil d’images trouvées — initialement des diapositives —, présentées en vis-à-vis ou superposées selon un montage qui répond à des critères mouvants. Ceux-ci se manifestent de façon explicite ou opèrent de façon plus souterraine, en prenant en compte tous les aspects visuels des images réunies : leurs motifs, leur composition, leur surface, etc. […]

Crystal Maze XII – On a télévisualisé un rêve

« Crystal Maze XII — On a télévisualisé un rêve », une proposition de l’agence du doute (Brice Domingues, Jérôme Dupeyrat et Catherine Guiral) avec Camille Platevoet et Maxime Delavet, pour l’exposition « France Électronique » (commissariat : Jill Gasparina), Le Printemps de Septembre (Palais des arts, isdat), Toulouse, septembre-octobre 2018. [+]



« Envoyez-nous vos rêves, nous les filmerons », tel était à l’origine le principe de l’émission « La Clé des songes », imaginée au début des années 1950, par Chris Marker, Charles Serpinet et Jean Kerchbrion, avec à son montage Alain Resnais. C’est cette même invitation que reprend à son compte l’agence du doute pour son Crystal Maze XII.
Le rêve du jour, c’est celui de Suzy, ou peut-être celui de Suzanne. Les personnages sont Denise Glaser et Jacques Antoine, Gérard Marinelli et le professeur Tournesol. C’est le rêve d’une speakerine ou d’un festaiolo des temps récents, à la mémoire riche d’une vaste culture technique des images et d’un tout aussi vaste imaginaire audiovisuel. Par collage et par condensation — comme souvent dans les rêves — s’y mêlent des génériques, des habillages graphiques et des documents témoins du patrimoine télévisuel. Ils composent un mystère d’images, d’objets et d’imprimés produits non plus à l’heure de l’O.R.T.F., mais à l’ère de la « France Électronique » : des images et des documents rêvés, puis rematérialisés dans une installation qui est aussi l’environnement d’une exposition conçue par Jill Gasparina.

Batia Suter, Parallel Encyclopedia

« Parallel Encyclopedia, Batia Suter », FAIRE, N°7, janvier 2018, 20 p. [+]



Depuis la fin des années 1990, Batia Suter collectionne des livres — de seconde main pour la plupart — qu’elle acquière en raison de leur iconographie, de sorte à constituer une banque d’images qui est localisée dans les rayons de sa bibliothèque. L’ensemble est devenu le matériau de base d’une œuvre qui consiste à présenter ces images selon une logique de montage visuel, en leur attribuant de nouvelles modalités d’apparition et donc de nouvelles possibilités d’interprétation. Parallel Encyclopedia est à ce jour le travail le plus conséquent de l’artiste. Mené depuis 2004, il a pris la forme de plusieurs installations et de deux ouvrages imposants édités par Roma publications en 2007 et en 2016. Chaque version du projet se caractérise par l’association de centaines d’images hétéroclites (historiques, artistiques, scientifiques, techniques) regroupées en fonction de liens typologiques et formels. D’un dispositif à l’autre, les modalités de présentation de ces images extraites de livres se renouvèlent : séquençage et sérialité des pages reliées ; constellations ou, au contraire, séquences linéaires d’images reproduites et exposées aux cimaises ; constellations ou séquences linéaires de pages de livres ouverts et déposés sur des supports plans. Bien que les images exposées soient les mêmes, ces diverses possibilités d’exposition en déterminent des lectures différentielles. Au-delà de la fascination qu’un tel projet peut engendrer, ce texte tente d’en saisir toute la complexité. Pour ce faire, le travail de Batia Suter est resitué au sein d’une histoire des pratiques iconographiques qui traverse différents champs d’activités et de connaissance. On s’attache par ailleurs à la trajectoire des images réunies dans Parallel Encyclopedia et aux effets des processus de remédiation auxquels elles sont livrées. Enfin, il s’agit de dessiner une figure de l’artiste en « éditrice » et d’étudier à la fois la fonction du design graphique dans son travail et la place que l’on peut attribuer à ce dernier dans le champ du design graphique, auquel Batia Suter n’appartient pas directement, mais qui traverse ses productions et auquel elle s’est confrontée concrètement dans le cadre de sa collaboration avec le graphiste Roger Willems pour la conception des deux volumes de l’encyclopédie qui, de fait, est aujourd’hui une référence tant pour de nombreux artistes que pour de tout aussi nombreux designers graphiques.

Crystal Maze IX — Quérir Choisir : Pierre Faucheux et l’esprit de collection

« Crystal Maze IX — Quérir Choisir : Pierre Faucheux et l’esprit de collection », commissariat d’exposition avec Brice Domingues et Catherine Guiral (l’agence du doute), Musée Calbet, Grisolles, janvier-avril 2016 (scénographie : Camille Platevoet et Arnaud Daffos). [+]



En 1987, l’exposition « Quérir Choisir » au Musée National des Arts et Traditions Populaires présentait les nouvelles acquisitions versées à la collection du musée. Fondé en 1937 par Georges Henri Rivière, le MNATP célébrait également, avec cette exposition, ses cinquante ans d’existence. Sur le premier plat de couverture du catalogue, en pied de page, on peut reconnaître le logo dessiné par Pierre Faucheux en 1970-71. Graphiste et urbaniste français ayant traversé les Trente Glorieuses, Faucheux (1924-1999) est connu comme l’homme « aux millions de couvertures ». Comme par un heureux hasard, l’énoncé « Quérir Choisir » pourrait être un programme pour aborder sa production foisonnante, et en particulier pour se saisir de « l’esprit de collection » qui la traverse. Observer les collections et les séries que Pierre Faucheux a dessinées pour de nombreux éditeurs entre le début des années 1950 et la fin des années 1980 permet de regarder comment il a créé une grammaire graphique où choix de caractères typographiques, jeux de collages et utilisation de documents iconographiques fabriquent ce que le critique Charles Asselineau avait appelé, en 1866, des Mélanges tirés d’une petite bibliothèque romantique, lorsque lui-même cataloguait les ouvrages de ses auteurs romantiques favoris en essayant d’en dégager les physionomies typiques.
Les « mélanges » organisés par Faucheux sont les indices d’une pratique de la collecte et de la collection que vient éclairer la reprise du titre de l’exposition de 1987, « Quérir Choisir ». Au jeu des étymologies, le quaere latin donne au verbe quérir la dimension de l’enquête à laquelle répond le regard posé sur d’éclectiques ensembles que suppose l’action de choisir. On complétera l’origine de ce dernier verbe avec la figure du choisisseur ou de la choisisseuse qui, au XVIIIe-XIXe siècle, découpait les chiffons ramenés dans les papeteries par le chiffonnier. Celui-ci, dont Walter Benjamin a écrit que ses gestes étaient « la caricature de ceux du collectionneur, son opposé et son double » (Paris, capitale du XIXe siècle), accumulait des rebuts formant, pour les autres, un ensemble réutilisable de fragments, cartons, peaux, os, ferraille, etc. Si le chiffonnier est le parent pauvre du collectionneur, pour lui aussi, « le monde est présent et rangé dans chacun des objets qu’il possède ».
Pareillement, Pierre Faucheux est doublement un chiffonnier-collecteur et un choisisseur. Il bâtit des objets graphiques portant la trace lointaine ou proche des matériaux qu’il accumule pour et au travers des commandes et des collaborations que son atelier et lui-même honorent. Si cette figure se comprend d’abord au regard des nombreuses collections éditoriales dont Faucheux a élaboré le graphisme, celles-ci mettent en forme des principes d’identité et de variation, de distinction et de reprise, de différence et de répétition, qui sont aussi des notions pertinentes pour observer ses autres objets graphiques (maquettes de revues, affiches, collages et écartelages, etc.) ainsi que certaines de ses propositions architecturales.
Ce neuvième Crystal Maze — un dispositif qui convoque, entre autres, les principes du montage et de l’édition — propose ainsi un regard sur ces formes, ces rébus de rebuts, ces mélanges d’un flâneur de bibliothèques et d’un arpenteur d’espaces.

Contributions à la revue « Critique d’art »

Contributions à la revue « Critique d’art » depuis 2015 [Lire]

  • documentation céline duval, Critique d’art, n°44, printemps/été 2015.
  • Christian Besson, Peepshow, note de lecture en ligne, 01 juin 2016.
  • Eric Watier, Plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition du monde, note de lecture en ligne, 20 mai 2017.
  • Marie Boivent et Stephen Perkins (dir.),The Territories of Artists’ Periodicals, note de lecture en ligne, 20 mai 2017.
  • Christophe Lemaitre, Aurélien Mole et Rémi Parcollet, Postdocument 1—7, 8, note de lecture en ligne, 20 mai 2017.

documentation céline duval

« documentation céline duval », Critique d’art, printemps/été 2015, n°44, p.104-109. [Lire]



L’archiviste et l’iconographe sont deux figures majeures de la création actuelle, ainsi qu’en attestent publications et expositions depuis une dizaine d’années. Le travail de documentation céline duval s’inscrit dans cette perspective. Depuis 1998, l’artiste a constitué un fonds d’images photographiques composé de ses propres clichés, de photographies amateurs, de cartes postales et d’illustrations de magazines. Penser, classer, se saisir de la dimension plastique de ces images est ce à quoi s’emploie Céline Duval (née en 1974), en s’attachant aux représentations que celles-ci véhiculent et à la possibilité d’une écriture visuelle.

Montage et démontage du désir

« Dé-montage du désir » [Lire/Read], 2015, et « Montage et démontage du désir » [Lire], 2013, à propos de documentation céline duval, Les Allumeuses, 1998-2010, 2011.



Chaque vidéo est au format 4/3, en plan fixe, cadrée au plus près d’une pile d’images publicitaires et d’illustrations photographiques provenant manifestement de magazines. Des images véhiculant des représentations largement déterminées par les industries du divertissement, par des stéréotypes de genre et par une idéalisation du corps perçu comme objet désirable. La lueur reflétée par la surface du papier glacé, la présence de briques et de cendres, le crépitement d’un feu, permettent de comprendre que la scène est filmée au bord d’une cheminée. Une main se saisit des images une à une ; le bruit de froissement qui fait suite ne laisse guère de doute quant à leur devenir. Les soixante chapitres qui composent la série les allumeuseshidden eyes, kissing, photographer, balance, angel, guitare, etc. — sont construits selon le même protocole, tout en proposant chacun une typologie spécifique de représentations dont la répétition révèle le caractère stéréotypé. Au-delà de l’accumulation, l’ordonnancement précis des cou-pures de magazines définit pourtant une écriture visuelle, un montage séquentiel qui se déploie paradoxale-ment au fur et à mesure que les images disparaissent.

David Coste : soubassement

« David Coste : soubassement », O2, n°72, hiver 2014, p. 79. [Lire]



Depuis près d’une dizaine d’années, David Coste construit, par son travail, des territoires alternativement utopiques, hétérotopiques ou dystopiques, dans une oscillation constante entre réalité et fiction. La circulation et la réinterprétation des images sont au fondement de sa démarche, qui se déploie de plus en plus dans une convergence des pratiques du dessin, de la photographie et de l’installation.

Image/sculpture

« Image/sculpture. Comment la sculpture fait image, ce que l’image fait à la sculpture », invitation éditoriale du réseau Documents d’artistes, 2014. [Lire]





Lorsque l’on parle d’image(s), parmi les diverses possibilités qui viennent à l’esprit — photographies, films, dessins, peintures, radiographies, images de synthèse, etc. —, la sculpture n’occupe pas la place principale, voire n’occupe aucune place. On conçoit volontiers qu’une sculpture puisse être la représentation d’une chose, mais il sera rare de l’appeler « image » pour autant. C’est que dans une logique de médium hérité du modernisme, la sculpture aurait davantage à voir avec les notions de volume et d’espace. Les arts de l’image et les arts de l’espace ou du volume semblent ainsi correspondre à deux pôles bien dissociés de la création artistique. Pourtant, l’art de ces dernières décennies a largement déconstruit ces catégories — ou du moins rendu poreuses leurs frontières —, catégories qui au demeurant ne sont pas antinomiques. C’est donc en relation à la notion d’image que l’on voudrait ici parler de sculpture, et c’est en deux sens qu’il est possible de le faire : dès lors, tout d’abord, qu’une sculpture « fait image », mais aussi lorsqu’une sculpture est traversée par des procédés ou des conceptions trouvant leur origine dans les médiums de l’image (autre que la sculpture elle-même).

L’écartelage, ou l’écriture de l’espace d’après Pierre Faucheux

L’écartelage, ou l’écriture de l’espace d’après Pierre Faucheux, ouvrage collectif dirigé avec Catherine Guiral et Brice Domingues, textes de Thierry Chancogne, Jérôme Dupeyrat, Catherine Guiral, Jérôme Faucheux, Laurence Moinereau et Sonia de Puineuf, Paris, B42 ; Toulouse, isdaT, 2013. [+]



Pierre Faucheux (1924-1999) a été l’une des figures majeures de l’édition française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Renouvelant largement ce champ du design graphique, il traversa la seconde moitié du XXe siècle en y laissant des empreintes multiples qui sont autant d’expérimentations revisitant les avant-gardes ou s’inscrivant dans les courants artistiques de son époque. En marge de son atelier, il développa un travail visuel constitué de collages et d’« écartelages » photographiques. Enfin, il consacra également sa carrière à l’architecture, en s’associant aux projets de divers architectes ou en élaborant des aménagements muséaux et des scénographies d’expositions.
Faucheux concevait l’architecture comme une écriture et la mise en livre comme un travail architectural : écrire l’espace et être un architecte du livre, tel fut le grand écart qu’il se proposa de tenir tout au long de sa carrière. À partir de cette notion d’écart, qu’il fit sienne à la suite de Charles Fourier puis des surréalistes, cette publication, qui fait suite à une recherche menée au sein de l’institut supérieur des arts de Toulouse, propose d’approfondir la connaissance critique du travail de Pierre Faucheux.

Crystal Maze IV — 1 + 2 + 3 = 3 — Notre distraction favorite

« Crystal Maze IV — 1 + 2 + 3 = 3 — Notre distraction favorite », commissariat avec Brice Domingues et Catherine Guiral (l’agence du doute), Nouveau Festival, Centre Pompidou, février-mars 2013. Avec Åbäke, Davide Balula, Roman Cieslewicz, Andrew Davidhazy, Marcel Duchamp, Libor Fára, Pierre Faucheux, Hans-Peter Feldmann, René Ferracci, Urs Fischer, Martino Gamper, Greenberg Associates, Milan Grygar, Raymond Hains, Hipgnosis, Guy Jouineau et Guy Bourduge, Jiří Kolář, Christian Marclay, Nagi Noda, Man Ray, Zbigniew Rybczynski, Andrew Sharpley, Laurie Simmons, John Stezaker, Peter Tscherkassky, VLF (Thomas Cristiani & Antoine Roux) [+]



Dans le cadre du quatrième Nouveau Festival au Centre Pompidou (à l’invitation de Catherine de Smet et Bernard Blistène) et en écho au travail de Pierre Faucheux (1924-1999), graphiste et directeur artistique dont la production fleuve s’étend des années 1950 aux années 1980, ce Crystal Maze est une exposition construite sur le principe du montage et réunissant des créateurs dont les œuvres sont la trace d’un désir visuel trouvant satisfaction dans l’usage et le dépaysement des images. L’agencement de ces créations et les différents événements qui accompagnent cette proposition mettent en évidence une culture visuelle et des procédés communs à un ensemble de graphistes, d’artistes, de photographes, de cinéastes, dont les travaux s’étendent du tout début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui et peuvent faire l’objet de rapprochements, parfois inattendus, tant sur le plan formel que conceptuel.
Il ne s’agit pas de mettre à jour des emprunts (qui, lorsqu’ils existent, sont souvent réciproques), ni d’établir des généalogies entre les pratiques mais de montrer ce que des travaux dont le rapprochement est parfois évident, parfois forcé, peuvent avoir de références communes ou de procédés partagés et comment ils constituent ensemble un pan de notre culture visuelle contemporaine.
Les contours de cette culture visuelle ont été identifiés à partir du travail du graphiste Pierre Faucheux, en particulier ses « écartelages » et le travail réalisé avec son atelier pour les couvertures du Livre de Poche. Ces travaux sont souvent sous-tendus par des emprunts iconographiques et des procédés tels que la déchirure, le découpage, le collage, le montage, la colorisation : autant d’opérations graphiques et plastiques qui dépaysent les images pour les offrir à d’autres registres et pour lesquelles le travail de Pierre Faucheux constitue une matrice inépuisable.

Emprunts et remédiation

« Emprunts et remédiation », communication lors de la journée d’étude « L’image empruntée : l’artiste comme éditeur », Université Toulouse II-Le Mirail (laboratoire LLA-CREATIS) / Institut supérieur des arts de Toulouse (ISDAT) / musée des Abattoirs, le 24 janvier 2013.

Lorsque les artistes travaillent avec des images empruntées, l’utilisation de ces dernières implique le plus souvent le passage d’un médium et/ou média à un autre : passage d’une forme imprimée à une autre, du livre au web, du web au papier, du papier à l’écran, du cinéma à l’édition, de l’édition à l’exposition, etc. Il s’agit ici d’étudier ces remédiations ainsi que les processus d’adaptation, de traduction et de transposition qui en résultent, afin de saisir quels sont leurs effets sur l’économie et la réception des images.

« Des pages (un livre) »

Texte écrit pour un livre d’artiste de Mathieu Harel Vivier : ISBN : 978-2-906890-07-7, Rennes, La Criée, centre d’art contemporain, 2011, n.p. [+]



Dans ce livre édité par La Criée centre d’art contemporain apparaissent deux séries photographiques, Spectre et Errance. De prime abord, tout semble les opposer : l’une est figurative et en couleurs, l’autre abstraite et en noir et blanc. Pourtant, en les disséminant dans un livre dont les principales composantes sont identiques, c’est la possibilité de considérer ces images comme équivalentes qui est suggérée. Leur montage sous la forme d’un unique corp(u)s d’images dans lequel se répercutent les plis et les coupes des pages contribue à donner des photographies qui y sont imprimées une lecture spécifique. […] Une répartition aléatoire des cahiers composant le livre implique des combinaisons de pages différentes d’un exemplaire à un autre. […] Ce livre déplace les lignes du multiple et de l’unique et dément les postulats traditionnellement attachés à l’idée d’une perte de l’aura.

Bertrand Segonzac

« Bertrand Segonzac. Comme autant de paragraphes / As Many Paragraphs », Semaine, n°263, mars 2011, p. 4-14. [+]



Soient deux tableaux. Le premier – à moins que ça ne soit le second – représente une portion de route en contre-bas de laquelle émergent des arbres. Huit formes géométriques apparaissent en réserve. On devine des bornes séparant la route du profond fossé, supposition confirmée à la vue du second tableau qui les représente à leur emplacement respectif, alors que la surface restante de la toile demeure vierge de tout traitement. Ces deux tableaux de Bertrand Segonzac sont les premiers éléments visibles au BBB à Toulouse et au musée Calbet à Grisolles, pour une exposition en deux chapitres – l’artiste parle de paragraphes – intitulée « Perfect § Perfect ». Bien qu’à distance, ils suggèrent clairement l’articulation des deux projets, au-delà de leurs différences contextuelles.

Pascal Martinez

« Préface », in Catalogue Pascal Martinez, Marseille, Editions P, 2010, p. 5-9. [+]



La présente monographie est guidée par un choix qui pourra sembler paradoxal : celui de n’y publier aucune image, aucune reproduction d’œuvre (pages de garde mises à part), alors même que Pascal Martinez est un artiste visuel, dont la pratique est largement consacrée à la photographie et à la vidéo. À contre-courant des usages les plus fréquents, c’est donc exclusivement ou presque par l’écrit qu’est ici convoqué le travail de l’artiste.