Les entretiens d’artistes

Les entretiens d’artistes, de l’énonciation à la publication, ouvrage collectif dirigé avec Mathieu Harel Vivier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 188 p. [+]



Motivé par la pleine intégration dans les discours sur l’art des formes d’échanges dialogiques avec les artistes, cet ouvrage collectif étudie le cas particulier de l’entretien : ses enjeux théoriques, sa typologie, les situations d’énonciation qui en relèvent et leur transmission via le filtre des outils d’enregistrement et des processus de transcription. Dans une volonté d’articuler pratique et théorie, il considère un type d’échange qui engage l’artiste à s’exprimer sur le processus de création. Sur une période essentiellement contemporaine, ce livre et ses onze contributions portent sur un grand nombre de sources, d’une conversation publique entre Raymond Hains et Marc Dachy à un entretien inédit avec Hans Ulrich obrist, en passant par l’entretien filmé entre Louise Bourgeois et Bernard Marcadé, par l’auto-interrogatoire de Michel vinaver, par les entretiens de Christian Boltanski, ceux de metteurs en scène de théâtre et ceux compilés par John Cornu, sans oublier l’exercice de transposition d’un récit de Paul valéry en entretien par Claude Debussy, les pratiques dissidentes de l’entretien d’Andy Warhol, Robert Morris, tino Seghal, etc., les interviews télévisées et les entretiens de Pier Paolo Pasolini ou encore les portraits filmés de Rebecca Bournigault. Ces contributions formu-lées par des spécialistes, des jeunes chercheurs et des artistes, analysent une parole qui accompagne l’élaboration d’une pratique et d’une réflexion chez l’artiste autant qu’elle permet au critique ou à l’historien d’adosser sa pensée à un propos de première main.

« Des pages (un livre) »

Texte écrit pour un livre d’artiste de Mathieu Harel Vivier : ISBN : 978-2-906890-07-7, Rennes, La Criée, centre d’art contemporain, 2011, n.p. [+]



Dans ce livre édité par La Criée centre d’art contemporain apparaissent deux séries photographiques, Spectre et Errance. De prime abord, tout semble les opposer : l’une est figurative et en couleurs, l’autre abstraite et en noir et blanc. Pourtant, en les disséminant dans un livre dont les principales composantes sont identiques, c’est la possibilité de considérer ces images comme équivalentes qui est suggérée. Leur montage sous la forme d’un unique corp(u)s d’images dans lequel se répercutent les plis et les coupes des pages contribue à donner des photographies qui y sont imprimées une lecture spécifique. […] Une répartition aléatoire des cahiers composant le livre implique des combinaisons de pages différentes d’un exemplaire à un autre. […] Ce livre déplace les lignes du multiple et de l’unique et dément les postulats traditionnellement attachés à l’idée d’une perte de l’aura.